Test : Spider-Man : Aux Frontières du Temps

En cette fin de semaine, un autre des mes tests vient d’être mis en ligne sur JVN. Cette fois, c’est au tour de Spider-Man : Aux Frontières du Temps de passer à la loupe. Malheureusement, le jeu de Beenox ne procure pas une expérience aussi plaisante que son prédécesseur, Spider-Man : Dimensions. Voici en tout cas un extrait de l’article :

« Comme Doc Brown l’a toujours dit, jouer avec le continuum espace-temps peut avoir des conséquences radicales et souvent désastreuses. Dans Spider-Man : Aux Frontières du Temps celles-ci se limitent dans la partie 2099 à des transformations scriptées de pièces, ou des disparitions d’ennemis dans des cinématiques. Alléchants à l’écrit, ces bouleversements temporels n’ont donc pas d’impact réel pour le joueur. La campagne se limite en effet à des allers-retours linéaires dans les deux versions de l’immeuble Alchemax, pour ouvrir des portes ou détruire un caisson… Les traversées aériennes de Manhattan à coups de toile auxquelles sont souvent associées Spider-Man n’ont jamais semblé aussi loin… »

Pour lire le test entier, il suffit de cliquer ici. Une fois l’article lu, n’hésitez pas à revenir ici pour me donner votre ressenti ou me poser d’éventuelles questions.

Romain

Journaliste, et créateur de JV247.com. Retrouvez moi sur Twitter : @RomainJV247